Le nombre de victimes présumées d'un traitement inapproprié par une infirmière de Moncton augmente.

Le réseau de santé Horizon a confirmé publiquement qu’au moins deux femmes enceintes ont dû subir une intervention d’urgence après qu’une infirmière leur a administré de manière inappropriée de l’ocytocine (Pitocin), une drogue induisant le travail.

Une porte-parole a déclaré qu’en date de mardi, 40 autres femmes ont contacté l'Hôpital de Moncton pour demander de l’information au sujet de leur traitement.

Fidelis Law Droit et John McKiggan, un avocat exerçant principalement en fautes professionnelles médicales basé à Halifax, représentent déjà des dizaines de femmes qui pensent avoir été traitées par l'infirmière. Les femmes ont fait savoir aux cabinets d'avocats qu'elles craignaient d'être également victimes de l'administration inappropriée d'ocytocine.

Lors d’une entrevue, McKiggan a déclaré que l'hôpital devrait fournir plus d'informations aux femmes, car dans certains cas, les mères ne savent pas si l'infirmière faisant l'objet de l'enquête participait à leur traitement.

L'hôpital « devrait reconnaître sa responsabilité dans ce qui s'est passé et offrir toute l’information possible aux mères inquiètes de savoir si elles sont une victime ou non», dit-il.

« J'ai parlé à une mère cette semaine qui a appelé l'hôpital pour savoir si l'infirmière impliquée faisait partie de son équipe du travail et de l’accouchement ... mais l'hôpital a refusé de lui dire si l'infirmière faisait partie de l'équipe. », a-t-il ajouté.

Lire la suite sur CTV News (en anglais seulement)

Si vous ou un membre de votre famille avez eu une césarienne à l’Hôpital de Moncton et que vous vous interrogez sur vos droits, communiquez avec Fidelis Law Droit au 1-888-644-5587 ou avec McKiggan Hebert au 1-888-510-3577 pour une évaluation sans frais.